Nos débats sur l’intersectionnalité ne mènent nulle part. Voici pourquoi. (TRADUCTION)

Un appel à toutes les parties — pro- comme anti-intersectionnalité — d’aborder le débat de bonne foi

Note de Pandov Strochnis ) : Ce texte a été originellement publié par Mansa Keita — @rasmansa — à cette adresse. Avec son accord, j’ai trouvé intéressant d’en proposer une traduction ici. Les quelques ajouts de précision que j’ai pu faire, relatifs au contexte états-unien, sont comme le veut la coutume notés “NdT”.

Même si l’intersectionnalité na pas émergé en réaction à Donald Trump — Kimberlé Williams Crenshaw a formulé le concept il y a 30 ans — on peut dire sans trop s’avancer que le mot est entré dans le langage courant ces dernières années. Mais ce regain d’attention vient avec son lot de fautes d’inattention — alors que les critiques tentent de maîtriser le concept, certains d’entre eux finissent inévitablement par le représenter d’une façon qui n’a aucun rapport avec sa définition d’origine.

Crenshaw voulait illustrer le fait que l’on ne peut pas concevoir l’injustice de façon unidimensionnelle. On peut dire que l’injustice n’est jamais monolithique. Comment ça ? Une femme noire subit le racisme d’une façon différente de celle d’un homme noir, par exemple en étant confrontée à des mauvais traitements qui vont associer sexisme et racisme, et elle subit le sexisme d’une façon différente de celle d’une femme blanche, car le sexisme auquel elle doit faire face comporte un élément raciste qu’une femme blanche n’aura pas à subir.

La plupart des gens à qui je parle n’ont aucun problème avec cette idée qui tient plutôt du bon sens. Il semble plutôt raisonnable de dire que les différentes couches qui constituent notre identité amènent chacune leurs formes de vulnérabilité sociale, certaines davantage que d’autres.

C’est là que les choses se gâtent un peu. Non contents de définir l’intersectionnalité selon ces critères, certains critiques essaient d’étendre sa définition pour lui faire atteindre des conclusions extrêmement douteuses.

J’ai vu certains la définir, par exemple, pour dire qu’il y a des sujets, voire des thèmes entiers, dont seuls les Noirs peuvent parler. Mais cette critique demande de projeter une version horrifique de la théorie au lieu de celle, plutôt sensée, sur laquelle s’appuie l’intersectionnalité. Cette version horrifique revient à dire : voici tous ces débats, tous ces sujets, toutes ces discussions, et toutes ces idées… que seuls les Noirs ont le droit d’avoir. La version sensée revient à dire : si vous acceptez la réalité empirique et banale qui fait qu’une personne noire aura des expériences de vie qui, à cause d’un ensemble de dynamiques sociales, seront différentes de façon intéressante des expériences de vie d’une personne blanche, alors par conséquent les personnes noires construiront des points de vue uniques sur le monde découlant de ces expériences que les personnes blanches n’auront pas eues, et inversement.

Est-il techniquement vrai qu’une personne blanche ne sera pas capable de parler de l’expérience vécue d’un enfant noir et pauvre (même si elle pourra parler de l’expérience vécue d’un enfant pauvre) ? Oui, mais pourquoi cela est-il si choquant ? Quand on prend du recul vis-à-vis de la version horrifique de cette idée, il ne nous reste qu’une version qui est de toute évidence raisonnable.

Qu’en est-il de l’idée que la valeur morale d’une personne pourrait se calculer sur la base du nombre d’identités opprimées qu’elle pourra revendiquer ? Là encore, une version de cette idée va bien plus loin que tout ce que tout ce qu’ont pu dire les principales perspectives sur l’intersectionnalité, et une autre version est tout à fait anodine. Un exemple de cette version extrême nous est fourni par le tweet d’une assistante professeure expliquant qu’elle donne la parole en priorité aux femmes noires en classe, par rapport aux hommes blancs. L’intersectionnalité ne demande évidemment pas de faire cela. Quelle est dès lors la version sensée ? C’est l’idée que, si l’on accepte le fait que certains membres de la société ont plus de chances d’être désavantagés, ou que leurs identités sont généralement corrélées avec moins d’avantages, alors nous devrions être sensibles à ces réalités et prendre des attentions particulières permettant de contrecarrer certains de ces désavantages.

Laquelle de ces deux versions a le plus de chances d’être mise en avant, à votre avis ? Celle qui peut être détournée pour dire « Regardez, c’est ce qu’ils pensent tous ! ».

Cette pratique correspond à ce que Kévin Drum appelle le « nutpicking » (de cherry-picking, action consistant à choisir de n’entendre que ce qui nous arrange, et nut, fou, NdT), la pratique consistant à sélectionner des représentations marginales d’un certain point de vue et les mettre volontairement en avant comme représentatives du tout. Comme le dit le rédacteur en chef d’Arc Digital :

Nous ne représentons pas le monde de façon correcte quand nous traitons des cas marginaux de mauvais comportements comme si c’étaient de vastes régularités sociales indiquant la destruction des valeurs, principes, et identités auxquels nous tenons. Nous devons faire très attention à ne pas prendre des cas statistiquement rares de mauvais comportements pour en faire de grandes histoires de Voilà Comment L’Occident Se Meurt. Nous devons faire attention à ce que les faits que nous présentons comme un problème soient réellement un problème et pas seulement un tas d’anecdotes totalement prévisibles et sans importance au vu de la taille des groupes concernés et d’autres facteurs.

Quand je repense à beaucoup d’affirmations ou d’actions qui ont été rangées dans la case « intersectionnelle », je suis frappé par le fait qu’elles n’ont souvent soit aucun rapport avec l’intersectionnalité ou qu’elles sont des applications erronées de l’idée. On nous vend un tableau de l’intersectionnalité comme étant une chose sérieusement abominable, mais en fin de compte tout ce que ces caractérisations révèlent, c’est le point auquel beaucoup d’entre nous ne parlent tout simplement pas de la même chose. C’est la conclusion la plus raisonnable que je peux tirer de mon expérience qui consiste à être informé de la nature monstrueuse de l’intersectionnalité, de me voir répéter que cette nature est réelle, blessant et ruinant sans cesse la société, alors que quand je cherche cette idée terriblement destructrice au cœur du concept d’intersectionnalité, il m’est simplement impossible de la trouver.

Quand je parle d’intersectionnalité, je parle de l’idée selon laquelle les oppressions sociales — définies comme des traitements injustes et prolongés — se croisent et touchent les gens de façons qualitativement différentes. L’expérience qu’un homme noir aura du racisme dans le monde du football (ou du football américain) sera différente de celle qu’en aura un homme noir et gay, qui inclura également l’homophobie. Cela signifie que certains cas pourraient bien passer entre les mailles des filets des programmes qui visent le racisme d’une part, ou l’homophobie d’une autre, parfois de façon involontaire. Leurs efforts pour rectifier une injustice ne peuvent pas, souvent à dessein, inclure certains cas particuliers dans lesquels d’autres identités vulnérables entrent en jeu.

Les critiques décrivent l’intersectionnalité comme privilégiant certaines identités au détriment d’autres. Ainsi, être Noir, ou Hispanique, ou LGBTQ, ou musulman est censé donner un statut social spécial, et certains privilèges, au détriment de personnes qui sont blanches, de droite, ou chrétiennes. Et plus vous parvenez à revendiquer d’identités spéciales, plus vous pouvez mettre de distance entre vous et d’autres qui appartiennent aux classes dominantes. C’est ce que serait, d’après ses critiques, le réel propos de l’intersectionnalité.

Mais c’est une distorsion. Je ne dis pas qu’on ne peut pas trouver de gens dont le comportement correspond à la description ci-dessus, on le peut. Mais pourquoi leur donnerait-on le droit de parler pour nous tous ? Pourquoi est-ce que c’est eux qui ont le droit d’exemplifier l’intersectionnalité ? Quand un professeur noir dit avoir ressenti du plaisir à la vue d’un SDF blanc, c’est répugnant, mais l’intersectionnalité n’implique pas de prendre une telle position. L’intersectionnalité n’implique pas de prendre du plaisir à humilier des Blancs ; elle affine notre conception de l’injustice de façon à ce que nous ayons une vision plus précise des façons différentes selon lesquelles elle peut se manifester dans la vie des gens. Elle propose l’idée assez sensée que la marginalisation n’est pas une chose uniforme, et qu’il nous va falloir concevoir des solutions particulières aux façons spécifiques dont ce phénomène touche des gens dans la société.

L’intersectionnalité, c’est seulement un terme que l’on emploie pour décrire des phénomènes sociaux qui se sont produits pendant longtemps. Les femmes avaient espéré que la période de la Reconstruction aux Etats-Unis (après la Guerre de Sécession de 1861–65, NdT) leur garantirait le droit de vote, mais tel ne fut pas le cas, et il est notable que la vision de Seneca Falls (1848) (qui défendait l’obtention de ce droit et d’autres pour les femmes aux Etats-Unis, NdT) ne s’est pas matérialisée dans l’ère post-Guerre Civile. Il leur fallut attendre jusqu’en 1920. Mais il est également important de noter que Seneca Falls ne se préoccupait pas de la question des femmes noires. Ainsi nous voyons trois identités — hommes noirs, femmes noires, femmes blanches — dont les positions sociales étaient défavorisées (ce n’est rien de le dire) et nos efforts pour remédier à ces problèmes étaient peu adaptés pour les personnes vivant ces identités qui se recouvrent de façon plurielle.

La grande majorité des personnes que je connais et qui s’intéressent à la justice sociale diraient que c’est juste mal de se moquer d’une personne à la rue sous prétexte qu’elle est blanche. Mais aussitôt que l’on trouve une personne qui l’a fait, alors on se retrouve à raconter que tout le Mouvement Intersectionnel aurait applaudi ce genre de comportements. Soyons sérieux.

Je défends l’idée que les personnes qui s’auto-définissent en fonction d’un certain terme, et conçoivent leur activisme ou leurs croyances en fonction d’un certain label, devraient avoir l’opportunité de définir ce que ce terme ou ce label veut dire. Evidemment, si leur usage est idiosyncratique, nous devons plutôt regarder quelles croyances et quelles actions le terme décrit dans la société. Mais je suppose que beaucoup de personnes opposées à l’idée de justice sociale sont énervées de façon similaire quand quelqu’un qui, par exemple, est un grand défenseur de la liberté d’expression mais est aussi un suprématiste blanc avoué voit ses mots, croyances, et actions tenus pour la généralité de Ce Que C’Est De Défendre La Liberté D’Expression. Les personnes en croisade pour la liberté d’expression mais dépourvus d’idées moralement répugnantes et relevant du suprématisme blanc vont se sentir fortement lésées quand les pires acteurs seront pris comme exemple de ce qu’est le camp pro-liberté d’expression. Mais voilà : ce genre de choses énerve également profondément tout activiste pro-justice sociale qui n’a aucun intérêt à malmener de SDF blanc, mais voit son intersectionnalité réduite à « Eliminons les Blancs ! ».

Ceci étant, je ne suis pas en train de seulement essayer de dire : aucun d’entre vous ne nous comprend ! Le problème n’est pas seulement que les critiques de l’intersectionnalité dénaturent tout de façon scandaleuse alors que les approches intersectionnelles du militantisme ne produiraient que les meilleurs comportements et attitudes. Dire ça ne nous conduirait nulle part non plus.

D’une certaine façon, ce problème est l’occasion de réaliser notre incapacité de croire que l’autre bord est peut-être composé d’acteurs raisonnables. Je peux vous demander de parler aux gens qui sont en désaccord complet avec vous et de comprendre ce qu’ils croient vraiment, mais ça ne nous mènera nulle part si nous croyons que ces gens raisonnables sont l’exception dans leur propre camp idéologique.

L’intersectionnalité, à la fois dans sa version originale et dans la forme intellectuellement responsable que beaucoup emploient pour comprendre le monde d’aujourd’hui, n’est pas la force destructrice souvent décriée. Il y a des acteurs néfastes dans le monde, il est vrai. Mais si les laisser définir ce qu’est l’intersectionnalité, ou d’une façon plus générale la justice sociale, est une arme efficace dans le combat culturel, c’est aussi une très bonne façon de nous assurer que nos débats n’iront jamais nulle part.

EDIT 08/08/2019 : La traduction erronée de “nutpicking” a été corrigée.

Written by

Politiquement croquette anglosaxophoniste et sociologisme démoniaque.

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store